Altaplana, world of Francois Schuiten and Benoit Peeters

Encyclopédie impossible et infinie du monde créé par Schuiten & Peeters

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Menu principal

Menu principal

Parcourir le dictionnaire

Parcourir par ordre logique:
Personnes | Cités | Albums | D'autres sujets

Parcourir par ordre chronologique :
Chronologie | Chronologie Obscure | Nouvelles pages

Parcourir par ordre alphabétique:
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | XYZ

François Schuiten et Benoît Peeters

Visitez aussi

Visitez Catalogue

Visitez Office des Passages

Visitez Atlantic 12

Visit Fonds Schuiten

Montréal

Image originale de http ://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Panorama_Montr%C3%A9al-Mont_royal.jpg

Montréal est la principale ville de la province du Québec, au Canada, célèbre pour son architecture éclectique. Anciennement connue sous le nom de Ville-Marie . Peut-être parce que le cycle des saisons y est plus marqué qu'ailleurs, les points d'intérêt de Passage semblent surtout de nature transitoire. Ils ouvrent le temps d'une exposition ou d'une foire, pour quelques jours ou quelques mois, puis ferment - parfois pour toujours. Il est donc recommandé aux visiteurs qui souhaitent revenir de faire attention lorsqu'ils passent dans le Monde Obscur depuis cette ville. Il existe cependant quelques portes plus permanentes, dont le Jardin botanique Jardin botanique de Montréal , le Centre canadien d'architecture , la Tour de l'horloge du Port, la Basilique Notre-dame Basilique Notre-Dame de Montréal , le Édifice Sun Life , le Tour de l'Université de Montréal et certaines stations de métro.

Voir aussi

Montréal futuriste

Montréal est en vedette dans Mars et Avril, un film de Martin Villeneuve. Dans ce film, la ville est plus qu'un simple arrière-plan ; elle a sa propre personnalité, avec ses propres battements de cœur, sa vie et son corps futuriste. Malgré leur préconception utopique, le réalisateur Martin Villeneuve et le concepteur visuel François Schuiten souhaitent voir sur grand écran un Montréal futuriste qui soit largement crédible et non satirique. Ils ont développé l'idée que les architectes, urbanistes et ingénieurs du futur ne feraient que compléter le cadre existant, ou le remplacer progressivement, afin de faire face au changement et de s'adapter aux nouvelles normes.

Au site Facebook de Mars et Avril François Schuiten commente certaines de ses conceptions du Montréal futuriste :

Vue du Mont-Royal

“Pour cette vue particulière, je voulais garder la nature au premier plan, comme si nous l'avions protégée. C'est si facile pour le béton de prendre le dessus. Et la nature ajoute de la texture. À l'arrière, on peut voir Montréal, car nous avons conservé des éléments clés du passé. Puis il y a l'horrible, les couches tentaculaires qui se chevauchent et restent suspendues grâce à un puissant système de champs électromagnétiques. Cela positionne Montréal comme une ville qui produit et exporte de l'énergie.”

Le pub Liquid

“Je voulais recréer une spirale sur les quais du Vieux-Port. Nous avons installé cette cochlée géante dans les profondeurs du fleuve Saint-Laurent, comme un musée Guggenheim inversé. Tout mène à la scène, où jouent des musiciens. Le public assiste au spectacle sur des rampes en hauteur. Jacob est au centre de la spirale, qui est comme un amplificateur sous-marin géant”.

L'effet de serre

“C'était génial de pouvoir utiliser la structure de Buckminster Fuller ! Nous avons eu beaucoup de chance ! Et sa forme sphérique fait penser à la planète Mars. Nous avons aimé jouer avec la structure, la déraciner même. La déposer au sommet d'une tour, pourquoi pas ! Elle reste élégante et ne détourne pas l'attention des personnages. Les effets spéciaux doivent renforcer la crédibilité d'une scène, jamais la prendre en charge.”

Le temple des Cosmologues

“Le réalisateur voulait faire un clin d'œil à Fever in Urbicand et utiliser mon décor du temple des Hautes Instances Commission des Hautes Instances . Mais nous devions tout de même rester dans le sujet - comme dans Montréal dans le futur. Nous devions envisager de nouvelles tensions, raconter l'évolution de la ville. Comme la bande dessinée, le cinéma a toujours été une utopie pour le design urbain. Lorsque je travaille pour le grand écran, j'ai des visions d'une utopie à grande échelle, aussi tapageuses et prétentieuses soient-elles. Je n'y vivrais pas forcément, mais c'est grand !”

Le ghetto artistique

“Le futur que nous imaginons aujourd'hui est le produit de notre époque. C'est pourquoi j'aime les utopies - chaque utopie révèle l'époque à laquelle elle a été conçue. Je me fiche éperdument qu'elles se réalisent. Parfois, les prédictions sont fausses, et c'est très bien ainsi, car cela nous oblige à rêver encore plus grand ! Prenons l'exemple de Montréal dans les années 1960 : les gens avaient des rêves fous, mais très peu ont vu le jour.”

Centre-ville

“J'aimais bien l'idée d'entrer dans les veines de Montréal. Quand vous racontez une histoire, vous devez commencer par quelque chose que vous connaissez, vos origines. Pour parler au monde, il faut commencer par ses racines. Je suis de Bruxelles. L'équipe créative m'a éclairé sur Montréal et sur ce qui anime les gens ici. Ce n'est qu'ensuite que nous avons pu développer la ville du futur. Je ne voulais pas voir Schuiten à l'écran, mais plutôt donner tout de moi pour une vision commune.”

Le vieux port

“Le chaos est définitivement la vague de l'avenir. L'époque des villes monolithiques est révolue. L'avenir ne sera pas représenté par un seul style. Il y aura de l'ancien, de l'étrange, du moderne. Et cette coexistence nécessitera une bonne gestion. Il n'est pas facile de trouver un équilibre entre les éléments traditionnels et les choses étranges et futuristes que nous ne comprenons pas vraiment. Il est extrêmement difficile de rêver d'une mégalopole chaotique, car la première image qui nous vient à l'esprit est généralement effrayante.”