Altaplana, world of Francois Schuiten and Benoit Peeters

the impossible & infinite encyclopedia of the world created by Schuiten & Peeters

User Tools

Site Tools


Main menu

Main menu

Browse dictionary

Browse in logical order:
Persons | Cities | Albums | More topics

Browse in chronological order:
Timeline | Obscure Timeline | New pages

Browse in alphabetical order:
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | XYZ


Altaplana.be the offical site about François Schuiten and Benoît Peeters

Visit also

Visit Catalogue

Visit Office of Passages

Visit Atlantic 12



Une » sortie » remarquée… et remarquable !

Le dernier pharaon © éditions Blake et Mortimer

Quatre auteurs à part entière, quatre regards d’artistes… Un livre étonnant, bruxellois, à découvrir dans cette chronique… Une chronique à lire et à écouter, puisque les quatre auteurs y parlent de leur travail… Au-delà du » produit culturel » et de tout le marketing qui l’entoure, » Le Dernier Pharaon » est un livre qui me semble exceptionnel !

François Schuiten © Jacques Schraûwen

Blake et Mortimer… Une série culte qui appartient à l’histoire de la bande dessinée, d’un certain classicisme graphique et littéraire en même temps. Après E.P. Jacobs, ils sont nombreux à avoir repris le flambeau, avec une incontestable fidélité au style du créateur : Bob De Moor, André Juillard, Ted Benoît, Etienne Schreder entre autres.

Et aujourd’hui, ils se retrouvent à quatre aux commandes d’un album qui, certes, met en scène les personnages emblématiques de Jacobs, mais le fait d’une façon qui s’éloigne à la fois du dessin de Jacobs et à la fois de sa façon de raconter une histoire.

Un dessinateur, François Schuiten… Un cinéaste : Jaco Van Dormael… Un écrivain, Thomas Gunzig… Et un artiste de la couleur, Laurent Durieux… Comment quatre auteurs à part entière se sont-ils arrangés pour faire de cet album un » tout » ?

De leur propre aveu, c’est de rencontre en rencontre, en imaginant des situations et en les crayonnant tout de suite, que l’histoire de Dernier Pharaon a pris vie. Personnellement, j’y vois cependant une quadruple responsabilité, pratiquement cinématographique. Il y a un maître d’œuvre, un metteur en scène, un dialoguiste, et un chef opérateur. Quatre regards différents qui, par la magie d’un projet commun, deviennent, en osmose, une seule et même vérité narrative.

Jaco Van Dormael

Thomas Gunzig

Le dernier pharaon © éditions Blake et Mortimer

Du côté du dessin, François Schuiten n’a jamais été, sans doute, aussi inspiré. Son graphisme, aux noirs profonds, aux traits rappelant parfois ceux d’Andreas ou, dans un autre univers, de Pierre Joubert et de quelques grands illustrateurs du dix-neuvième siècle, ce dessin est éblouissant et mérite, de par lui-même, qu’on se plonge dans cette œuvre envoûtante.

C’est aussi, étrangement, alors que les personnages ne lui appartiennent pas, le livre de Schuiten qui lui est peut-être le plus personnel, par tout ce qu’il y a mis de lui-même, par la trame du temps qui passe et qui crée véritablement le récit, par les références et les détails qui ramènent un peu partout à tous ses univers (le train, le chien…).

François Schuiten: un livre très personnel

Le dernier pharaon © éditions Blake et Mortimer

François Schuiten n’a pas l’habitude, loin s’en faut, de laisser à d’autres le soin de la mise en couleurs de ses dessins. Ici, pourtant, il a donné carte blanche à Laurent Durieux. Cet artiste ne s’est pas contenté de compléter de sa palette les traits de Schuiten. Il dessine la couleur et réinvente le dessin, en lui offrant une autre profondeur, en lui imposant d’autres clairs-obscurs.

L’osmose entre les deux arts, celui du dessin et celui de la couleur, s’accentue encore par la qualité du papier choisi pour cette édition. J’ai toujours trouvé un vrai plaisir à toucher le papier d’un livre, à en découvrir la texture… Les anciennes bandes dessinées se lisaient sur papier prêt à froncer, un papier quelque peu rugueux sous le doigt. Ici, on retrouve la même couleur de papier, écru presque, mais le contact, lui, est celui d’un papier souple, lisse, glissant…

Pour qu’une lecture se révèle agréable, il faut que tous les sens, en quelque sorte, soient à la fête, et c’est vraiment le cas dans ce livre-ci…

Laurent Durieux

Le dernier pharaon © éditions Blake et Mortimer

Dans ce livre, le personnage central, c’est Bruxelles… Le Bruxelles du Palais de Justice, bâtiment dont les symbolismes, nombreux et variés, créent le récit… Un récit moins Science-fiction que spéculation et fiction. Un récit qui sans cesse oscille entre le rêve et la réalité, entre le cauchemar et la rémission. Un récit dans lequel le songe, quelle que soit la forme qu’il prenne, devient une porte, vers la connaissance, vers le mystère, vers l’imaginaire et le réel sans cesse mêlés.

Il y a de l’ésotérisme, bien sûr, de par le thème de l’histoire. Esotérisme de la pyramide et de ses énergies, ésotérisme d’une » famille » d’initiés. Mais cet ésotérisme n’est qu’un moyen pour construire des ponts entre différentes époques. A ce titre, on pourrait presque parler d’une aventure » quantique » : dans le passé se trouve déjà notre avenir, et toutes les réalités, finalement, se mêlent sans toujours se ressembler.

Et si ce livre se démarque de tous les autres titres des aventures de Blake et Mortimer, c’est aussi parce que les auteurs ont voulu qu’il soit contemporain, avec des symboles évidents : un mur autour d’une ville, quelques phrases, aussi, comme » un jour ou l’autre ce problème va se rappeler à nous « , ou » les ordres sont stupides « …

Et malgré cela, la thématique centrale reste totalement fidèle à Jacobs : Blake et Mortimer sont des héros dont l’utilité est de sauver le monde !

Les puristes, me dit-on, vont regretter l’absence de l’infâme Olrik ! Ils auront tort, parce que les » méchants » sont bien présents, dans ce livre, mais ils ressemblent vraiment à ce qu’ils sont dans la vie, des êtres toujours ambigus…

François Schuiten: sauver le monde…

François Schuiten: les « méchants »

Le dernier pharaon © éditions Blake et Mortimer

Il m’est impossible de résumer ce livre, tant il foisonne d’histoires parallèles, de rencontres inattendues, de récits intimement mélangés. Mais ce que je peux, et dois dire, c’est que, à mon humble avis, on est en présence, ici, de ce qui pourrait être le meilleur de tous les Blake et Mortimer !

Original article by Jacques Schraûwen, published at May 29, 2019.
Read the original publication at Bd-Chroniques de Jacques Schraûwen


This website uses cookies for visitor traffic analysis. By using the website, you agree with storing the cookies on your computer. More information