Altaplana, world of Francois Schuiten and Benoit Peeters

the impossible & infinite encyclopedia of the world created by Schuiten & Peeters

User Tools

Site Tools


Sidebar

Main menu

Browse dictionary

Browse in logical order:
Persons | Cities | Albums | More...

Browse in chronological order:
Timeline | Obscure Timeline | New pages

Browse in alphabetical order:
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | XYZ


Visit also

Visit Catalogue

Visit Office of Passages

Visit Atlantic 12


Follow us!

Visit altaplana on Facebook Visit altaplana on Google plus Visit altaplana on twitter


Comment les auteurs de BD trouvent-il l’inspiration?

C’est à cette réponse que tente de répondre l’exposition Machines à dessiner, imaginée par le duo Schuiten & Peeters et présentée jusqu’au 26 février 2017 au Musée des Arts et Métiers à Paris.

Depuis trente ans, le scénariste Benoît Peeters et le dessinateur François Schuiten (Grand Prix du Festival d’Angoulême) imaginent dans leur série Les Cités Obscures des villes aux architectures surprenantes qui semblent plongées dans un éternel présent.

A l’occasion de la sortie du deuxième tome de Revoir Paris, qui imagine la capitale française au 22ème siècle, les deux hommes présentent au Musée des Arts et Métiers à Paris Machines à dessiner. Une exposition qui dévoile les origines de leurs inspirations et invite les visiteurs à s’emparer de crayons et de feuilles pour, à leur tour, imaginer des mondes impossibles.

Visite guidée en compagnie des deux auteurs, venus présenter à la presse lundi 24 octobre leurs machines à dessiner.

© Schuiten / Arts et Métiers -

Trouver l’inspiration en découvrant un objet étrange

François Schuiten: “Ce scaphandre est un objet fascinant. Quand on s’imagine qu’on pouvait s’introduire dans ce monstre de fer et aller au fond des mers, c’est assez troublant. On ne peut pas s’empêcher de se projeter dans cet objet. C’est pour cela qu’il est si passionnant: il est en même temps dépassé et futuriste. On a l’impression qu'on pourrait s'en servir pour débarquer sur Mars.”

Vladimir Peeters - L'exposition "Machines à dessiner" se tient au Musée des Arts et métiers"

La table à dessin

François Schuiten: “C'était intéressant de permettre aux visiteurs de pénétrer dans l’intimité du dessinateur. C’est une surface où on voyage. C’est pour cela que dans l’exposition elle apparaît comme en lévitation. C’est un lieu où l’on vit parce qu’on y passe tellement d’heures. C’était une des premières choses que j’avais proposé: une exposition avec des tables à dessins. Montrer les illustrations sur une table à dessin plutôt que dans des cadres leur permettait de retrouver leur place originelle.”


Benoît Peeters: “Ce film, projeté au Musée, a déjà été très largement partagé à travers le monde. C’est amusant parce que sur certains sites des gens le décortiquent pour comprendre la machine à dessiner François Schuiten. Ils analysent les outils, les gestes, les supports papier. C’est vrai qu’il y a toujours eu de notre part une certaine idée de transparence. On peut entrer dans la cuisine. Il n’y a rien à cacher. Maintenant, prenez les mêmes crayons, le même pot d’encre de Chine, la plume. C’est un premier geste d’invitation au dessin.”

© Schuiten/Casterman -

A vos crayons

François Schuiten: “Des dessinateurs seront installés en permanence dans l’exposition. Il y aura aussi des tables à dessin pour le public et les enfants. Ce sera l’occasion de s’amuser, d’essayer de chercher, de trouver l'inspiration dans les pièces qui sont présentées. Et ce n’est pas très grave de se tromper, de mal dessiner.”

Benoît Peeters: “Il ne s’agit pas de reproduire ces objets, mais de s’en inspirer, de créer une machine futuriste, en se nourrissant de quelques détails, en passant de l’observation à l’invention.”

François Schuiten: “Chacun pourra aussi tester un dispositif de réalité virtuelle pour dessiner dans l’espace. J’ai encore quelques progrès à faire. Je vais essayer de m’améliorer. On voit que le dessin continue de s’inventer. Il y a eu l’ordinateur puis les tablettes graphiques et maintenant on peut aller encore plus loin et sculpter par le dessin. On ne sait pas si on est sculpteur ou dessinateur. Et c’est assez intéressant.”


Machines à dessiner, jusqu'au 26 février 2017 au Musée des Arts et Métiers, 60 rue Réaumur, 75003.

Métro Arts-et-Métiers (Lignes 3 et 11) et Réaumur-Sébastopol (Ligne 4). Bus 20, 38, 39 et 47. Station Vélib' au 55 rue de Turbigo.

Le musée est ouvert du mardi au dimanche inclus, de 10h à 18h. Nocturne le jeudi jusqu'à 21h30. Fermé les lundis, le 1er mai et le 25 décembre.

Plein tarif : 6 € / Tarif réduit : 4 €, réduction pour les étudiants, les enseignants, les moins de 18 ans, et sous présentation du billet pour l'exposition Hergé au Grand Palais. Gratuité pour les moins de 5 ans.

Original article by Jérôme Lachasse, published at November 6, 2016.
Read the whole story at BFMTV