Altaplana, world of Francois Schuiten and Benoit Peeters

the impossible & infinite encyclopedia of the world created by Schuiten & Peeters

User Tools

Site Tools


Sidebar

Main menu

Browse dictionary

Browse in logical order:
Persons | Cities | Albums | More...

Browse in chronological order:
Timeline | Obscure Timeline | New pages

Browse in alphabetical order:
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | XYZ


Visit also

Visit Catalogue

Visit Office of Passages

Visit Atlantic 12


Follow us!

Visit altaplana on Facebook Visit altaplana on Google plus Visit altaplana on twitter


Schuiten à la rescousse de la Tour Saint-Albert

Schuiten à la rescousse de la Tour Saint-Albert

L’artiste qui expose au Centre de la Gravure s’oppose à la démolition

Loin d’être une cause perdue, la sauvegarde de la Tour Saint-Albert à Péronnes s’offre un soutien de marque en la personne de François Schuiten. Avec Lumières sur les Cités, l’artiste expose actuellement au Centre de la Gravure et de l’Image imprimée de La Louvière. L’événement est labellisé Mons 2015 et, à travers différents œuvres, braque les projecteurs sur la Tour Saint-Albert. Un tour pour laquelle Carlo Di Antonio a récemment délivré un permis de démolition…

Lorsqu’il a été contacté par le musée louviérois pour monter un projet d’exposition, François Schuiten s’est intéressé au patrimoine industriel de la région. Il est alors tombé sous le charme de la Tour Saint-Albert. “On ne peut pas conserver tout le patrimoine industriel. Mais ici, on a affaire à quelque chose d’unique”, souligne François Schuiten. “On a un style qui, dans cette fonction-là, trouve un moment de grâce. J’ai vu d’autres châssis à molette dans le monde mais celui de Péronnes est exceptionnel. C’est un sommet dans son genre.

Pour le célèbre dessinateur de bandes dessinées, démolir la tour relève de l’hérésie. “Il y a des soucis avec le béton de la façade mais la stabilité du bâtiment ne pose aucun problème. L’épaisseur des murs est telle qu’elle confère à l’édifice une certaine solidité et rendrait d’ailleurs la démolition assez coûteuse.

Pourtant, c’est bien l’aspect financier qui, dans le chef des politiques, motive la démolition de la tour. En effet, le fiasco du lavoir de Péronnes est là pour calmer les ardeurs patrimoniales de nos édiles. Rénovée à grands frais il y a plusieurs années, l’enveloppe extérieure du lavoir abrite toujours un chancre qui peine à trouver une nouvelle vocation. Si bien que lorsque le propriétaire de la Tour Saint-Albert, Fluxys, a émis le désir de démolir la Tour Saint-Albert qui présentait des problèmes de sécurité au niveau de la façade, le conseil communal de Binche a décidé de faciliter les démarches. En juillet, le ministre wallon de l’Aménagement du Territoire Carlo Di Antonio délivrait le permis de démolition.

François Schuiten estime cependant que le précédent du lavoir à charbon ne doit pas compromettre le reste. “Je ne connais pas toutes les circonstances qui ont abouti à un résultat aussi calamiteux pour le lavoir”, explique le dessinateur. “Mais ça ne doit pas empêcher d’avoir une vision pour la réaffectation de sites exceptionnels comme celui de la Tour Saint-Albert. Il y a un manque de vision du monde politique qui voit ce que ça va coûter sans percevoir ce que ça pourrait rapporter. La tour a pourtant des potentialités énormes.”

Un collectif de citoyens opposés à la démolition de la Tour Saint-Albert a récemment introduit un recours au Conseil d’État en vue d’éviter l’irréparable. Ses démarches sont à présent soutenues par François Schuiten. “C’est une chance pour nous qu’une personne avec une telle renommée et un tel talent mette en valeur ce patrimoine architectural et fasse entendre notre cause”, se réjouit Sébastien Duez du collectif. “François Schuiten nous a dit qu’il était à 150 % derrière nous.

Original article by Grégoire Lalieu, published at October 5, 2015.
Read the whole story at DH.be