Altaplana, world of Francois Schuiten and Benoit Peeters

the impossible & infinite encyclopedia of the world created by Schuiten & Peeters

User Tools

Site Tools


Sidebar

Main menu

Browse dictionary

Browse in logical order:
Persons | Cities | Albums | More...

Browse in chronological order:
Timeline | Obscure Timeline | New pages

Browse in alphabetical order:
A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | XYZ


Visit also

Visit Catalogue

Visit Office of Passages

Visit Atlantic 12


Follow us!

Visit altaplana on Facebook Visit altaplana on Google plus Visit altaplana on twitter


Dans l’atelier des architectes de papier, François Schuiten et Benoît Peeters

Commissaires d’une exposition à la Cité de l’architecture sur les visions du futur Paris, le dessinateur belge François Schuiten et le scénariste français Benoît Peeters livrent leurs secrets de fabrication.

Une gare en briques rouges et blanches qu’on croirait tout droit sortie d’un album de Tintin, un quartier cosmopolite, des bâtiments art nouveau et art déco. Bienvenue à Schaerbeek ! Cette commune de la région bruxelloise où réside et travaille François Schuiten en dit beaucoup sur les centres d’intérêt du dessinateur belge : le train, l’architecture et la ville-monde.

Des motifs que l’on retrouve dans Revoir Paris, titre de son exposition à la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris, et de sa dernière bande dessinée. Deux projets menés à bien avec son complice de toujours, Benoît Peeters. Deux réflexions artistiques qui établissent un dialogue stimulant entre leurs visions du futur de la capitale et celles des architectes des deux siècles passés.

À cette occasion, les deux amis, chaleureux et volubiles, ouvrent les portes de l’atelier où ces deux projets ont vu le jour. Après avoir grimpé le magnifique escalier art nouveau de la belle demeure du bédéiste, on accède au grenier aménagé en espace de travail.

Sur la planche à dessin inclinée, une assiette contient des traces de gouache en train de sécher. À côté, sur un chevalet, sont exposées des planches originales de ses maîtres en 9e art, plutôt dans la tradition américaine (Flash Gordon, d’Alex Raymond, Terry et les Pirates, de Milton Caniff) dont il étudie la technique.

Original article by Stéphane Dreyfus , published at November 24, 2014.
Read the whole story at La Croix